OTTAWA – Le gouvernement libéral ne peut pas apporter un changement fondamental à la façon dont les Canadiens élisent leurs représentants fédéraux sans soumettre ce changement à un référendum, a dit aujourd’hui la chef de l’opposition Rona Ambrose. Elle a tenu ces propos après que le gouvernement libéral a exclu la tenue d’un référendum sur ses changements encore imprécis au système électoral, disant qu’un comité parlementaire était suffisant pour apporter ces changements. « Quand on change les règles de la démocratie, tout le monde doit pouvoir se prononcer. Si les Libéraux veulent changer fondamentalement le système électoral de notre pays, le processus ne doit pas être dominé par les intérêts d’un seul parti politique, a dit la chef conservatrice par intérim. Un comité formé de quelques parlementaires choisis pour étudier une réforme électorale ne peut pas, et ne pourra jamais, remplacer un processus selon lequel tous les Canadiens se font entendre directement. Le comité proposé par les Libéraux n’est qu’un stratagème pour imposer leur ordre du jour prédéterminé sans qu’il soit possible de les en empêcher. » « Les Libéraux n’ont aucune raison légitime pour justifier que leur majorité à la Chambre des communes – obtenue par l’intermédiaire d’un système qu’ils disent n’être plus valide – leur donne le mandat de changer unilatéralement notre système électoral, a dit Rona Ambrose. Il est arrogant de la part des Libéraux de croire qu’ils sont en droit d’apporter un changement de cette envergure à notre démocratie sans d’abord le soumettre directement à la population. Les Conservateurs vont se battre sans relâche contre cette approche illégitime et arrogante de la part des Libéraux, et exiger que tous les Canadiens aient un choix par l’intermédiaire d’un référendum. »