OTTAWA — Le porte-parole conservateur en matière d’affaires étrangères, Tony Clement, et le porte-parole adjoint, Peter Kent, ont réagi aujourd’hui aux déclarations diffusées plus tôt par le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion : « La déclaration que le ministre Dion a faite plus tôt aujourd’hui au sujet des actes de violence récents en Israël et en Cisjordanie soulève de sérieuses questions. » Dans sa déclaration, le ministre a refusé de jeter le blâme sur le Hamas, une organisation terroriste reconnue au Canada qui contrôle la bande de Gaza, pour des attaques terroristes à la roquette et au couteau, survenues récemment. De plus, le Hamas contribue activement à inciter ce genre d’attaques. La déclaration omet également de condamner ces actes de violence en exprimant seulement des « préoccupations » et, par le fait même, assimile les attaques terroristes à la construction de colonies israéliennes. C’est inacceptable. Voilà le genre de politique visant à « éviter de faire des vagues » que le Parti conservateur rejette dans le cadre des affaires étrangères. La politique étrangère du Parti libéral est tout aussi incompréhensible que sa politique en matière de défense. Une fois de plus, au lieu d’aller de l’avant, sous la direction de Justin Trudeau, le Canada recule d’un pas.