LE PLAN DE RÉTABLISSEMENT DU CANADA

Agir pour notre pays

Ensemble, nous agirons pour l’avenir du Canada

Lire LE PLAN DE RÉTABLISSEMENT DU CANADA

TÉLÉCHARGER LE PLAN
TÉLÉCHARGER LE COÛT DU PLAN

Survol

Quand la COVID-19 a frappé, le gouvernement Trudeau n’était pas prêt. Sans préparation, il a pris de mauvaises décisions qui ont mis des vies en péril et paralysé notre économie.

Cela aurait pu se passer autrement.

Le Canada a déjà fait face à des pandémies. Dans l’histoire récente, nous avons connu le SRAS et le H1N1. Chaque fois, nous en avons tiré des leçons et nous nous sommes préparés à de futures pandémies.

Malheureusement, le gouvernement Trudeau a annulé la majeure partie de cette préparation. Il n’a pas traité la préparation à la pandémie en priorité et il a réduit le financement des programmes clés. Il a fermé le Réseau mondial d’information en santé publique, notre système d’alerte rapide en cas de pandémie. Il a permis la réduction du Laboratoire national de microbiologie et il a épuisé la réserve d’équipements de protection individuelle (EPI). Il a attaqué le secteur pharmaceutique et il a truffé l’Agence de la santé publique de fonctionnaires, au lieu de scientifiques.

Voir Plus

Les conservateurs du Canada vont présenter un Plan de préparation d’urgence du Canada. Ce plan sera évalué et mis à jour tous les ans, notamment avec les conclusions de l’enquête.

Rendre le Canada résilient aux menaces

  • Recherche sur les vaccins, essais et capacité de fabrication
    • Améliorer la capacité de recherche et de production en faisant du Canada l’un des meilleurs pays du monde pour la recherche et le développement pharmaceutiques et la production de vaccins et de médicaments.
      • Nous n’allons pas laisser la réglementation libérale chasser les entreprises pharmaceutiques du Canada.
      • Nous allons suivre l’exemple du Royaume-Uni en exécutant une stratégie pour assurer la croissance du secteur de façon réfléchie, et non pas en nous contentant de donner des fonds.
      • Nous allons mettre un terme à l’hostilité envers le secteur pharmaceutique, qui chasse les investissements du Canada, nous met au bas de la liste pour l’obtention des vaccins et risque de nous mettre au bas de la liste pour l’obtention des nouveaux médicaments. Nous allons plutôt négocier de manière constructive avec le secteur pour réduire le prix des médicaments, tout en offrant une certitude réglementaire à long terme.
    • Réformer le plan et la préparation aux pandémies pour y inclure la recherche nationale sur les vaccins, les essais, la capacité de fabrication et la préparation – en nous concentrant sur les nouvelles plateformes de vaccins, l’attrait et la rétention des meilleurs talents et un accès sécuritaire aux fournitures en cas de pandémie – en collaboration avec les universités, le secteur privé, les provinces, les territoires et des partenaires internationaux pour nous préparer pour l’avenir.
    • Revoir les processus de réglementation de Santé Canada et l’équilibre des relations industrielles, sanitaires et économiques du Canada et du secteur mondial de la biofabrication à la lumière de la piètre performance du Canada pour l’accès aux vaccins pendant la COVID-19.
  • Augmenter la production nationale de fournitures essentielles
    • Former un partenariat avec des sociétés pharmaceutiques pour augmenter la production de médicaments essentiel et d’ingrédients pharmaceutiques actifs au Canada.
    • Travailler avec les États-Unis pour renforcer la chaîne d’approvisionnement nord-américaine de produits pharmaceutiques pour réduire notre dépendance commune envers les importations et utiliser l’approvisionnement du gouvernement et les entreprises recevant un financement gouvernemental pour renforcer la production nationale d’équipements de protection individuelle (EPI).
    • Rétablir le tarif sur l’EPI importé pour reconnaître et assurer la longévité des fabricants canadiens d’EPI. Les fabricants canadiens ont répondu à la pandémie en améliorant leur capacité de production d’EPI et ils doivent pouvoir faire concurrence sur un marché national juste. Une solide industrie de fabrication d’EPI est essentielle à la préparation aux pandémies et à une résilience continue. De plus, les fabricants canadiens sont à l’avant-plan de l’innovation en matière d’EPI, cherchant à contrer l’impact environnemental de la production de masse d’EPI..
  • Réserves, tests de laboratoire et recherche des contacts
    • Réformer le Système de la réserve nationale d’urgence du Canada pour assurer que nous avons les fournitures requises pour répondre rapidement aux maladies infectieuses, au bioterrorisme et à des menaces similaires, notamment en assurant la sécurité de l’approvisionnement en équipements de protection individuelle, en réactifs de diagnostic et en matériel de prélèvement, et en adoptant des systèmes de suivi modernes pour assurer que les fournitures sont utilisées avant leur expiration et qu’elles soient disponibles quand le besoin est là.
    • Réformer les processus fédéraux de tests de laboratoire et le soutien offert par l’ASPC aux provinces et aux territoires pour améliorer considérablement l’uniformité et l’efficacité des capacités de laboratoire partout au Canada, ce qui comprend le développement des capacités de tests de dépistage rapide à nos frontières, dans nos villes, dans les communautés rurales et éloignées, et dans les établissements de soins de longue durée.
    • Combler la lacune créée par Ottawa entre les tests de laboratoire et les coûteux confinements en travaillant avec des experts des maladies infectieuses, les provinces et les territoires pour concevoir des systèmes de recherche des contacts fondés sur des données probantes pour protéger nos frontières et soutenir les efforts en santé publique. Les retards et l’imposition de technologies non éprouvées aux provinces et aux territoires, au lieu de l’utilisation de processus d’approvisionnement scientifiques, ont permis au virus de se propager et ont miné les structures sociales, économiques et sanitaires du Canada.
    • Élaborer un système national de partage des données sur la transmission des pathogènes, les niveaux d’immunité et les taux de vaccination avec des exigences de rapport transparentes et une coordination entre les gouvernements.
  • Nouvelle capacité de laboratoire à niveau de confinement élevé et de contrôle des infections
    • Améliorer notre infrastructure scientifiquede contrôle des maladies infectieuses et des pandémies, ainsi que notre capacité de recherche et notre expertise, en créant une nouvelle capacité de laboratoire à niveau de confinement élevé, parallèlement au Laboratoire national de microbiologie, pour pouvoir identifier rapidement la menace posée par les nouvelles maladies infectieuses et les nouveaux agents de bioterrorisme, en :
      • Améliorant notre compréhension scientifique de la transmission des nouveaux pathogènes dans les environnements construits (établissements de soins de longue durée, hôpitaux et autres cadres communautaires) sur différentes surfaces (postes infirmiers, matériel médical, poignées de porte, surfaces de vente et de travail) et l’importance des mesures de contrôle des infections (port du masque, lavage des mains).
    • Soutenant le développement et la mise à l’essai de nouveaux produits et biomatériaux de contrôle des infections, de conceptions architecturales sécuritaires et de haute performance, de systèmes de ventilation et d’installations d’isolement pour contrôler les maladies infectieuses en temps normal, tout en assurant que le Canada a une capacité de dépistage rapide – notamment l’émission de directives de santé publique fondées sur des données probantes pour les travailleurs de première ligne et les services essentiels – pendant les éclosions et les pandémies. Il ne faut plus jamais que nos travailleurs essentiels soient laissés à eux-mêmes ou que notre économie s’effondre aussi facilement.
Retour à la table des matières

Prévenir les pandémies

  • Contrer la menace posée par les marchés d’animaux et le commerce d’espèces sauvages
    • Soutenir et encourager la fermeture des marchés mondiaux d’espèces sauvages pouvant être des sources de futures pandémies.
    • Mettre fin à l’importation et au commerce d’espèces sauvages et de leurs produits pouvant faciliter la propagation de zoonoses.
  • Interdire l’exportation de virus mortels vers des pays non fiables.
    • Le gouvernement dressera une liste des pays sujets à l’interdiction des exportations en fonction d’une évaluation de la sécurité nationale.
Retour à la table des matières

Détecter et évaluer les menaces

  • Renseignement de santé publique
    • Réformer les systèmes de collecte de renseignement en santé publique du Canada, notamment en rétablissant le Réseau mondial d’information en santé publique (RMISP), fermé par le gouvernement libéral, et améliorer le partage d’information en santé publique dans l’ensemble du gouvernement fédéral et avec les provinces et les territoires.
    • Créer un système d’avertissement du niveau de risque avec des données et des sources des systèmes de collecte de renseignement en santé publique réformée pour attribuer des niveaux de risque sur une échelle de 1 à 5 quand un nouveau virus est détecté.
    • Réformer l’infrastructure catastrophique de communication des risques du gouvernement fédéral, notamment en développant des mécanismes fiables pour faire état de la réelle menace des pathogènes nouveaux et émergents et communiquer l’information toujours changeante.
Retour à la table des matières

Contrer la menace

  • Leadership scientifique
    • Assigner la responsabilité ultime de l’Agence de santé publique du Canada (ASPC) à un médecin qualifié – un expert en santé publique avec une expérience du terrain et du travail en première ligne.
    • Établir un ensemble de mesures pour chaque niveau de risque dans le nouveau système d’avertissement des niveaux de risque, ce qui comprend, sans toutefois s’y limiter, la prise de mesures frontalières, la restriction des voyages et les exigences de partage de données entre les juridictions.
    • Concevoir un système de jalons fondé sur des données probantes pour éliminer les interdictions, les restrictions et les quarantaines pour offrir une certitude aux entreprises et à la population.
    • Assurer l’application adéquate de ces mesures et un contrôle international et national uniforme et continu.
    • Rétablir le rôle de double leadership du Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg au sein de l’Agence de la santé publique du Canada pour que la science et l’expertise sur les maladies infectieuses dirigent la réponse nationale à la pandémie et pour que le Canada redevienne un chef de file mondial du contrôle des pandémies.
    • Réformer le Plan d’intervention et de préparation en cas de pandémie pour qu’il comprenne un volet axé sur les maladies infectieuses et les menaces de bioterrorisme, et non pas seulement sur la grippe, pour empêcher la même réponse lente et la mauvaise gestion de la pandémie de coronavirus par Ottawa.
    • Maintenir les protocoles stricts sur la sécurité d’accès et la vérification des scientifiques autorisés à accéder au Laboratoire de microbiologie de Winnipeg.
  • Renforcement de Santé Canada
    • Renforcer le ministère pour assurer qu’il peut rapidement étudier des innovations cruciales comme de nouveaux tests, traitements et vaccins. Alors que de nouveaux variants arrivent, nous ne pouvons pas nous permettre la même lenteur bureaucratique.
    • Former un partenariat avec le secteur privéau lieu de dépendre du gouvernement. Nous allons reconnaître que certaines choses sont mieux faites par le secteur privé et allons y faire appel plus rapidement.
    • Travailler avec les provinces pour harmoniser la formation en soins intensifs pour assurer que les références sont transférables entre les juridictions pour que cette capacité soit optimisée en situation d’urgence.
Retour à la table des matières

Engagez vous à voter pour les conservateurs du Canada