Ottawa (Ontario) — Pierre Paul-Hus, ministre du Cabinet fantôme conservateur responsable des Services publics et de l’Approvisionnement, Ben Lobb, ministre du Cabinet fantôme conservateur responsable du Gouvernement numérique et conseiller spécial sur les technologies de chaînes de blocs et les cryptoactifs et Kelly McCauley, ministre du Cabinet fantôme conservateur responsable du Conseil du Trésor, ont émis la déclaration suivante concernant le rapport d’étape du Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires (OGGO) qui a été présenté à la Chambre des communes:

« Au cours de la dernière session, le Comité a entendu d’innombrables témoignages attestant à quel point notre système d’approvisionnement au Canada est défaillant. Cette situation est particulièrement alarmante compte tenu des nouvelles menaces et de l’environnement qui émergent de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Comme l’a dit le Dr Robert Huebert, professeur agrégé de sciences politiques à l’Université de Calgary « Nous nous dirigeons vers un nouvel environnement de sécurité dans lequel la puissance aérienne sera de plus en plus importante. Nous laissons derrière nous le type d’environnement dans lequel nous étions capables d’opérer dans des zones de supériorité aérienne. »

« Ce que nous avons appris est extrêmement préoccupant. À un moment où le gouvernement devrait être le plus transparent et le mieux préparé, ce dont nous avons été témoins est tout le contraire. Un thème récurrent dans nos deux projets d’acquisition militaire les plus importants, la Stratégie nationale de construction navale et le remplacement de nos avions de chasse, est le manque de transparence, les retards et la montée en flèche des coûts, peut-être mieux décrits par Allan Williams, ancien sous-ministre adjoint au ministère de la Défense nationale et président du Williams Group, qui fournit une expertise dans le domaine de l’acquisition : « Que pouvons-nous attendre d’autre lorsque les prix continuent de grimper et que nous n’avons pas de contrôle ? Ce n’est pas compliqué. Lorsque vous abandonnez les principes fondamentaux de responsabilité et de transparence, vous obtenez le genre de désastre dans lequel nous nous trouvons. »

« S’il y a une leçon à tirer, c’est que lorsqu’il n’y a pas de responsabilité, rien n’est fait et les Canadiens en souffrent. Non seulement à cause de l’augmentation des coûts, mais aussi parce qu’ils savent que leur gouvernement n’a pas l’équipement nécessaire pour les protéger. Le vice-amiral à la retraite Mark Norman a mis le doigt sur le problème lorsqu’il a déclaré « Nous devons nous éloigner de cette approche hautement distribuée où personne, vraiment, n’est responsable en fin de compte. » Et nous avons besoin « d’une approche plus unifiée et simplifiée de l’approvisionnement. » Il note en outre que la Grande-Bretagne et l’Amérique disposent d’un tel ministère.

« La lettre de mandat précédente du ministre des Services publics et de l’Approvisionnement avait suggéré une telle agence, entièrement consacrée aux marchés publics de la défense. Curieusement, elle a disparu. Mais pourquoi ? Interrogé en comité, Christian Leuprecht, professeur de sciences politiques et d’économie au Collège militaire royal, a donné son avis : « Il y a une réponse assez claire : c’est une question d’idéologie politique. En d’autres termes, plus les procédures, la bureaucratie et la comptabilité du gouvernement sont compliquées, plus il sera difficile d’acheter quoi que ce soit ou de réaliser les projets en cours.»

« Les conservateurs ne laisseront jamais l’idéologie et les jeux politiques se mettre en travers de la sécurité des Canadiens et respecteront toujours les contribuables canadiens qui souffrent doublement de cette approche irresponsable. »

Le rapport complet peut être lu ici.