Ottawa (Ontario) — Kyle Seeback, ministre du Cabinet fantôme conservateur responsable de l’Environnement et du Changement climatique, a fait la déclaration suivante en réponse au fait que le gouvernement a exclu le nucléaire et le gaz naturel liquéfié (GNL) de la voie du Canada vers un avenir moins pollué par le carbone :

« Ce mois-ci, le gouvernement libéral a empêché les projets nucléaires et de GNL d’avoir accès à un financement dans le cadre des nouvelles obligations écologiques. Cela indique que les libéraux permettent aux ambitions militantistes du ministre Steven Guilbeault d’interférer avec le bon sens et la science en matière de climat.

« Cette exclusion idéologique de deux des sources les plus abondantes de combustibles à faible teneur en carbone ou à émissions nulles au Canada va à l’encontre de la science et constitue une insulte pour les 76 000 travailleurs canadiens qui dépendent du secteur nucléaire et les milliers d’autres qui travaillent dans le secteur du GNL.

« Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a récemment appelé à une augmentation de l’énergie nucléaire pour éviter des impacts climatiques catastrophiques, reconnaissant le nucléaire comme une source d’énergie à émissions nulles. Le GNL est un carburant de transition largement accepté qui contribuera à remplacer l’utilisation de carburants à forte émission de carbone, ici et dans le monde entier.

« Ensemble, ces importantes sources d’énergie répondent à tous les critères d’investissement environnementaux, sociaux et de gouvernance ; pourtant le ministre les a exclues. Les conservateurs croient que ces sources d’énergie doivent jouer un rôle dans l’avenir du plan de réduction des émissions du Canada et dans la voie mondiale vers un avenir à plus faible teneur en carbone.

« Nous demandons au gouvernement libéral de faire passer notre avenir à faible émission de carbone avant son idéologie militante et de permettre aux projets nucléaires et de GNL de bénéficier des recettes des obligations écologiques. »