OTTAWA (Ontario) – Aujourd’hui, lors de la réunion du Comité permanent des affaires autochtones et du Nord, les libéraux, avec le soutien du NPD, ont étouffé les efforts des conservateurs pour donner une voix aux chefs Wet’suwet’en élus de manière démocratique et aux personnes qu’ils représentent. Jamie Schmale, ministre du Cabinet fantôme conservateur responsable des Relations Couronne-Autochtones et député de Haliburton-Kawartha Lakes-Brock, a présenté une motion visant à inviter les chefs élus à venir en comité pour pouvoir entendre leurs préoccupations concernant l’échec du gouvernement fédéral à consulter les peuples autochtones pendant la pandémie de COVID-19.

Schmale a déclaré qu’« il est épouvantable que les libéraux, avec le soutien du NPD qui représente les Wet’suwet’en dans la circonscription de Skeena-Bulkley Valley, rejettent une motion donnant une voix aux peuples autochtones. »

La motion aurait permis aux membres du Comité de comprendre l’impact que la COVID-19 a eu sur la capacité des Wet’suwet’en à être adéquatement consultés sur les détails du Protocole d’entente signé entre quelques chefs héréditaires, le gouvernement provincial et le gouvernement libéral fédéral.

Bob Zimmer, ministre du Cabinet fantôme conservateur responsable des Affaires du Nord et de l’Agence de développement économique du Nord, et député de Prince George-Peace River-Northern Rockies, a déclaré avoir « entendu les chefs et les membres des Wet’suwet’en me dire qu’ils sont hors d’eux et ne peuvent pas croire qu’ils sont ignorés par les libéraux de Trudeau. Ils ont tant de questions et méritent d’être entendus par le gouvernement fédéral. »

Gary Vidal, ministre du Cabinet fantôme conservateur responsable des Services aux autochtones et député de Desnethé-Missinippi-Rivière Churchill a ajouté que « fournir des services communautaires essentiels aux citoyens Wet’suwet’en est la responsabilité des chefs élus et les exclure des décisions qui touchent les gens qu’ils représentent est inadmissible. Les conservateurs vont continuer à exiger du gouvernement libéral qu’il fasse ce qui est juste et qu’il écoute les chefs élus de manière démocratique ainsi que le peuple Wet’suwet’en ».