OTTAWA – Le gouvernement libéral a abandonné la transparence sur les questions financières pour les Premières Nations, selon la porte-parole de l’opposition officielle sur les affaires autochtones Cathy McLeod. « La décision prise aujourd’hui par la ministre Bennett de cesser toute mesure discrétionnaire conformément à la Loi sur la transparence financière des Premières Nations est un pas en arrière pour la transparence, pour tous les Canadiens, a dit Mme McLeod. Le gouvernement abandonne la Loi sur la transparence financière des Premières Nations sans l’abroger. C’est un triste jour pour les membres des communautés des Premières Nations qui voulaient une responsabilité et une transparence financières accrues. » Mme McLeod a dit que la Loi est un réel progrès, assurant que les dirigeants des Premières Nations travaillent dans le meilleur intérêt de leurs communautés, et qu’elle devrait rester en place. « La Loi assure que les membres de la communauté ont accès aux données financières de base comme les états financiers vérifiés, de même que les salaires et les dépenses du chef et du conseil. Sans mesures discrétionnaires, on peut certainement prédire que le taux de conformité va disparaître et que les données financières vont de nouveau être tenues loin des membres de la communauté », a dit Mme McLeod. « Notre gouvernement conservateur soutenait cette mesure législative parce qu’elle repose sur le principe que tous les Canadiens ont droit à une responsabilité et à une transparence de la part de leurs dirigeants, a dit Mme McLeod. Les gouvernements des Premières Nations qui fonctionnent en vertu de la Loi sur les Indiens étaient le seul palier de gouvernement au Canada qui n’était pas obligé de rendre publiques ses données financières de base. » Mme McLeod a souligné que la décision de ne pas appliquer la Loi est prise sans qu’un débat parlementaire soit tenu. « À toutes fins pratiques, c’est une abrogation de la Loi, faite sans même prendre la peine de permettre aux députés d’en débattre, a dit Mme McLeod. Il est ironique qu’une loi sur la transparence soit affaiblie avec un tel manque de transparence. »