Ottawa (Ontario) – Melissa Lantsman, ministre du Cabinet fantôme conservateur responsable des Transports, Marilyn Gladu, ministre associée du Cabinet fantôme conservateur responsable du Commerce international et des Chaînes d’approvisionnement, John Barlow, ministre du Cabinet fantôme conservateur responsable de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Sécurité alimentaire, et Gérard Deltell, ministre du Cabinet fantôme conservateur responsable de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, ont fait la déclaration suivante concernant la nouvelle selon laquelle les employés du Chemin de fer Canadien Pacifique pourraient déclencher une grève ce dimanche :

« Si le gouvernement libéral ne parvient pas à trouver une solution au conflit de travail entre le CP Rail et la Conférence ferroviaire canadienne de Teamsters Canada pour éviter une grève des cheminots, il y aura des conséquences dévastatrices pour l’économie canadienne, pour les chaînes d’approvisionnement essentielles et pour notre reprise économique.

« Les Canadiens doivent savoir si le gouvernement libéral a un plan pour prévenir une grève.

« Depuis des semaines, les agriculteurs, les manufacturiers et d’autres associations tirent la sonnette d’alarme sur l’impact dévastateur que de nouvelles perturbations auront sur nos chaînes d’approvisionnement.

« Les agriculteurs, les manufacturiers et les entreprises qui dépendent fortement de nos chemins de fer étaient déjà confrontés à la perspective difficile de se remettre de la pandémie et des tensions qui pèsent actuellement sur nos chaînes d’approvisionnement, ils ne peuvent pas se permettre de nouvelles perturbations. Plus il sera difficile de transporter des marchandises comme les engrais, les aliments pour bétail et les pièces d’automobiles entre les marchés critiques, plus cela aura des effets dévastateurs sur l’économie canadienne.

« Les conservateurs demandent au gouvernement libéral de trouver une solution à ce différend avant qu’il se transforme en crise au sein de la chaîne d’approvisionnement. Si le gouvernement libéral ne le fait pas, nous serons aux prises à un désastre en matière de santé animale. Des millions de dollars d’entreprises, d’emplois et notre reprise seront mis en danger. »