**_Pas d’examen officiel factuel pour tenir des promesses électorales_** OTTAWA – Aujourd’hui, l’hon. Michelle Rempel, la porte-parole sur l’immigration, les réfugiés et la citoyenneté, a fait une déclaration au sujet de l’intention du gouvernement de lever les exigences de visa pour les ressortissants mexicains en décembre 2016 : « Les Libéraux disent fonder leurs décisions sur des preuves, mais ils continuent à ignorer nos demandes pour un examen officiel de l’exemption de visa pour le Mexique. Lors d’une rencontre en comité le 5 mai, un représentant ministériel a dit : ‘Nous n’avons pas encore réalisé d’examen officiel des visas, comme nous en faisons normalement’. « Depuis l’imposition de l’exigence de visa au Mexique, le taux de demandes d’asile au cours des quatre dernières années est inférieur à 1 %. En 2008, avant l’imposition des visas, le taux de demandes d’asile était supérieur à 25 %. En 2008 seulement, plus de 9 000 Mexicains devaient être expulsés du Canada pour des motifs d’inadmissibilité. Le coût d’expulsion d’une personne varie de 1 500 $ à 15 000 $. « Selon le cadre politique sur les visas du Canada, le seuil quantitatif de refus de visas de résidents temporaires est de 4 % en moyenne au cours des trois années précédentes. Le taux de refus pour les Mexicains était de 5,1 % en 2015. Tout indique qu’il ne faut pas supprimer les visas. « On indique que le Canada va lever l’exigence de visa uniquement si le Mexique ‘assure qu’il n’y aura pas un afflux de Mexicains demandant le statut de réfugié’. Est-ce que les Libéraux prennent des décisions sérieuses en se fondant uniquement sur de belles promesses ? Le Canada a une responsabilité quant à nos politiques sur les visas, fondée sur nos intérêts. Un pays qui prend sa souveraineté au sérieux assume cette responsabilité. « Les Conservateurs pressent le gouvernement libéral de prendre des décisions en se fondant sur des preuves et de respecter le processus officiel. »