OTTAWA – L’hon. Tony Clement, le porte-parole de l’opposition officielle sur les affaires étrangères, a encouragé aujourd’hui le gouvernement libéral à maintenir la position ferme et réfléchie du gouvernement conservateur précédent sur les droits de la personne alors que le premier ministre Trudeau assiste à la Réunion des chefs de gouvernement des pays du Commonwealth (RCGC) à Malte. « Notre gouvernement conservateur, sous Stephen Harper, était une force dominante qui contestait les horribles violations des droits de la personne dans des pays du Commonwealth comme l’Ouganda et le Sri Lanka. Le Parti conservateur espère que cela va rester et que le premier ministre va continuer à exiger la fin de l’intimidation et de l’incarcération de dirigeants politiques et de journalistes, du harcèlement des minorités, des disparitions et des allégations d’exécutions extrajudiciaires dans certains États membres, a dit le député Clement. Est-ce que les Libéraux vont continuer à soutenir la solide position prise par le Canada sur la décriminalisation de l’homosexualité ? Est-ce qu’ils vont se battre pour mettre un terme aux mariages précoces et forcés, des fléaux qui existent toujours dans certains pays du Commonwealth ? Nous demandons également si les Libéraux vont contester l’emprisonnement injustifié de l’ancien président des Maldives Mohamed Nasheed. » M. Clement a ajouté que le Parti conservateur espère sincèrement que le Canada va continuer à presser le Commonwealth et son secrétaire général, Kamalesh Sharma, de défendre les valeurs de liberté, de démocratie, de droits de la personne et de primauté du droit, comme il l’a toujours fait par le passé.