_James Bezan, le porte-parole de l’Opposition officielle sur la Défense nationale, et Pierre Paul-Hus, le porte-parole associé sur la Défense nationale, ont fait la déclaration suivante, aujourd’hui, en réponse à l’annonce par le gouvernement libéral selon laquelle il pourrait déployer jusqu’à 600 militaires canadiens pour les opérations de maintien de la paix des Nations Unies :_ « L’annonce d’aujourd’hui confirme que les Libéraux veulent déployer du personnel des Forces armées canadiennes afin d’atteindre leurs propres objectifs politiques. Ils ont aveuglément engagé 600 militaires canadiens dans un ‘déploiement possible’ afin d’avoir une siège au Conseil de sécurité des Nations Unies. « Cette annonce pourrait envoyer des militaires canadiens dans certaines des régions les plus dangereuses du monde, sans répondre à un besoin pressant pour les intérêts nationaux du Canada. Au lieu d’apaiser les bureaucrates de l’ONU, la contribution du Canada aux Nations Unies doit viser à promouvoir et à protéger les valeurs canadiennes. « L’affirmation par les Libéraux que ‘le Canada est de retour’ est étonnante et offensante pour l’excellent travail réalisé par les membres des services extérieurs canadiens ces dix dernières années. Sous le gouvernement conservateur précédent, le Canada était le deuxième plus gros donateur du Programme alimentaire mondial des Nations Unies et était un leader de l’aide en cas de catastrophe internationale, de l’amélioration de la situation des femmes, de la santé maternelle et infantile dans les pays en développement, et de la lutte contre les mariages d’enfants, forcés et précoces. De plus, les Forces armées canadiennes ont joué un rôle de leadership dans la lutte contre les Talibans en Afghanistan et contre Daesh en Irak et en Syrie, et ont considérablement contribué aux mesures d’assurance de l’OTAN et de soutenir l’Ukraine contre l’agression russe. « L’engagement aveugle et nostalgique des Libéraux envers les missions de maintien de la paix des Nations Unies montre que leur examen de la politique de défense n’était rien de plus qu’une stratégie pour établir des politiques prédéterminées. Pendant les plus de 40 tables rondes sur la défense tenues par les Conservateurs au cours de l’été, les missions de maintien de la paix n’ont jamais été présentées comme une priorité. Au lieu de cela, des Canadiens, partout au pays, ont reconnu que le but premier des Forces armées canadiennes doit être la défense du Canada et de nos alliés. « Malgré la mission d’enquête d’une semaine du ministre Sajjan en Afrique, le gouvernement ne peut toujours pas répondre à nombre des questions posées par les Canadiens ; il soulève plutôt de nouvelles préoccupations. « L’annonce d’aujourd’hui ne fournit aucun détail à savoir où, quand ou même pourquoi nos militaires seront déployés. Les Libéraux doivent répondre à des questions élémentaires comme qu’est-ce que la mission implique ? Quelles sont les règles d’engagement ? Avec qui allons-nous travailler ? Est-ce qu’il y aura un vote au Parlement ? « Au lieu de cela, tout ce que nous savons est que les Libéraux envoient près d’un demi-milliard de dollars aux Nations Unies à un moment où des investissements sont désespérément requis ici au pays. » -30-