Aujourd’hui, les membres conservateurs du Comité permanent du commerce international ont écrit à la vice-première ministre Freeland au sujet de la mesure législative sur le nouvel ALENA. La lettre présente les nombreuses lacunes de l’ACEUM négocié par les libéraux, comme l’ont indiqué les personnes qui ont témoigné devant le comité.

« Les conservateurs vont soutenir la rapide adoption du nouvel ALENA, mais cet accord commercial est à bien des égards pire pour le Canada que l’ALENA original, et il va avoir de graves répercussions négatives sur l’économie canadienne, a dit le député Hoback. Les conservateurs ont entendu un certain nombre de secteurs dire qu’ils vont être négativement touchés par l’ACEUM, et il est important que la vice-première ministre connaisse ces impacts négatifs pour que le gouvernement puisse les atténuer. »
Les conservateurs ont aussi indiqué comment les libéraux de Trudeau échouent à travailler avec l’Opposition officielle afin d’adopter le nouvel ALENA rapidement à la Chambre des communes.

« Les conservateurs du Canada ne cessent de proposer d’accélérer le traitement du nouvel ALENA afin d’assurer sa rapide ratification, mais les libéraux préfèrent jouer à des jeux politiques à toutes les étapes du processus, a dit le député Hoback. La lettre souligne des exemples où les libéraux auraient pu accélérer le processus de ratification de l’ALENA, mais ne l’ont pas fait. »

Pour lire l’intégralité de la lettre, cliquez ici

Les conservateurs ont aussi indiqué comment les libéraux de Trudeau échouent à travailler avec l’Opposition officielle afin d’adopter le nouvel ALENA rapidement à la Chambre des communes.

« Les conservateurs du Canada ne cessent de proposer d’accélérer le traitement du nouvel ALENA afin d’assurer sa rapide ratification, mais les libéraux préfèrent jouer à des jeux politiques à toutes les étapes du processus, a dit le député Hoback. La lettre souligne des exemples où les libéraux auraient pu accélérer le processus de ratification de l’ALENA, mais ne l’ont pas fait. »

Pour lire l’intégralité de la lettre, cliquez ici