Ottawa (Ontario) – John Barlow, ministre du Cabinet fantôme conservateur responsable de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Sécurité alimentaire, Dave Epp, ministre adjoint du Cabinet fantôme conservateur responsable de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Sécurité alimentaire, et Richard Lehoux, ministre adjoint du Cabinet fantôme conservateur responsable de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Sécurité alimentaire, ont publié la déclaration suivante demandant que le bœuf et le porc hachés soient exemptés de l’étiquetage sur le devant de l’emballage :

« Les libéraux s’attaquent une fois de plus au secteur agricole canadien.

« Le Canada est sur le point de devenir la première juridiction au monde à s’auto-imposer l’étiquetage sur le devant des emballages du bœuf et du porc hachés. Cette décision affaiblira les producteurs canadiens tant au pays qu’à l’étranger. Les États-Unis ont déjà identifié cette politique comme un irritant commercial qui pourrait entraîner une diminution des exportations de bœuf canadien. Ce serait un coup dur pour les producteurs.

« Le Mexique, l’Israël et l’Union européenne ont tous exempté les aliments entiers à ingrédient unique de l’étiquetage sur le devant des emballages en vertu de politiques similaires. Entre-temps, Santé Canada obligera bientôt les producteurs de bœuf et de porc à apposer une étiquette d’avertissement sur leurs produits broyés dans le cadre d’un nouveau programme. Bien que d’autres produits à ingrédient unique comme les viandes, les légumes, les fruits et les produits laitiers soient exemptés de l’étiquetage sur le devant des emballages, Santé Canada cible délibérément le bœuf et le porc hachés comme une source de protéines  » malsaine  » pour les Canadiens.

« Cela n’a pas de sens si le rosbif et les jambons entiers sont exemptés, mais que la même source de protéines n’est plus acceptable après avoir été hachée.

« Près de 90 % des Canadiens cuisinent du bœuf haché une fois par mois ou plus. Il demeure, avec le porc haché, une source de protéines abordable dans le régime alimentaire des familles canadiennes. Avec le prix de l’épicerie en hausse de 10 pour cent par rapport à l’année précédente et l’inflation élevée qui aggrave les coûts de production des agriculteurs canadiens, ce n’est pas le moment d’ajouter des formalités administratives coûteuses à nos chaînes d’approvisionnement agroalimentaires.

« Les conservateurs seront toujours aux côtés des agriculteurs et des producteurs canadiens qui travaillent fort. Plutôt que de laisser des ministères imposer des règlements supplémentaires aux producteurs d’aliments, le gouvernement devrait se concentrer sur la lutte contre la crise du coût de la vie et la hausse fulgurante des prix des aliments.

« Les conservateurs demandent aux libéraux de Trudeau de mettre fin à leur attaque contre les agriculteurs et les producteurs canadiens, et de supprimer l’étiquetage sur le devant de l’emballage pour le bœuf et le porc haché afin de s’assurer que les consommateurs et les agriculteurs canadiens ne sont pas accablés inutilement. »