Ottawa (Ontario) –Pierre Paul-Hus, ministre du Cabinet fantôme conservateur responsable des Services publics et de l’Approvisionnement, et Raquel Dancho, ministre du Cabinet fantôme conservateur responsable de la Sécurité publique, ont publié la déclaration suivante à propos de la publication par le gouvernement libéral d’un tableau d’indemnisation proposé pour le rachat d’armes à feu :

« Le gouvernement Trudeau ne se soucie pas des criminels et des crimes illégaux commis avec des armes à feu. Au lieu de cibler les gangs et les armes à feu de contrebande illégale, Justin Trudeau introduit un programme de rachat d’armes à feu qui punit les propriétaires légitimes d’armes à feu. Le fait est que les amateurs, les collectionneurs, les tireurs sportifs et les chasseurs ne sont pas à blâmer pour la hausse des crimes commis avec des armes à feu au Canada — ce sont les gangs, les criminels et les armes qu’ils font passer illégalement des États-Unis qui le sont.

« Malheureusement, le gouvernement libéral continue d’ignorer la source réelle de la plupart des crimes commis avec des armes à feu au Canada : les gangs, les criminels et les armes illégales. Un programme de rachat d’armes à feu qui, selon les libéraux, coûtera entre 400 et 600 millions de dollars aux contribuables ne fait rien pour retirer des rues les innombrables armes à feu illégales que possèdent actuellement les gangs et les criminels.

« De nombreux membres de la communauté des armes à feu ont exprimé leur inquiétude quant au fait qu’ils ne seraient pas indemnisés équitablement. Le pire, c’est que les détails publiés jusqu’à présent au sujet du programme de rachat d’armes à feu des libéraux confirment que ceux qui participent de bonne foi et en respectant la loi pourraient se retrouver punis financièrement, perdant potentiellement des milliers de dollars.

« Le gouvernement libéral n’a pas encore publié de détails sur la façon dont le soi-disant « rachat » sera mis en œuvre en toute sécurité. Les conservateurs continuent de craindre que ce fardeau retombe sur la police locale, dont les ressources sont déjà épuisées alors qu’elle lutte contre la criminalité réelle dans nos rues. Se décharger sur la police de cette politique coûteuse et inefficace ne ferait que mettre davantage en péril la sécurité publique en drainant les services de police limités dans nos communautés.

« Les conservateurs ont toujours soutenu, et soutiendront toujours, les politiques de bon sens en matière d’armes à feu qui assurent la sécurité des communautés et empêchent les armes de tomber entre les mains de dangereux criminels. Nous croyons que le gouvernement devrait se concentrer sur le soutien des organisations communautaires de base qui empêchent nos jeunes de se joindre aux gangs en premier lieu et investir dans l’ASFC et les unités antigang et armes à feu de la police afin de fournir aux forces de l’ordre les ressources dont elles ont besoin pour arrêter la contrebande illégale d’armes à feu et la violence armée à la source.

« Nous continuons à demander au gouvernement libéral de Trudeau de veiller à ce que la législation canadienne sur les armes à feu soit fondée sur des preuves et des résultats, et non sur une idéologie, et qu’elle respecte les droits des Canadiens respectueux des lois. »