OTTAWA – Le gouvernement libéral de Justin Trudeau méprise les travailleurs syndiqués et le Parlement en annonçant par simple voie de communiqué que les centrales syndicales n’auront pas à se conformer à la loi C-377 sur la transparence syndicale, selon le porte-parole de l’opposition officielle pour l’Emploi, le Développement de la main d’œuvre et le Travail, Gérard Deltell. « Le gouvernement libéral remercie de cette façon les patrons des centrales syndicales qui ont tout fait pour contribuer à son élection et dépenser des millions de dollars de leurs membres sans même les consulter. Les grands perdants sont les travailleurs syndiqués qui auront beaucoup de misère à demander à leurs chefs syndicaux de rendre des compte et à savoir comment est dépensé l’argent de leurs cotisations », a dit M. Deltell. Par ailleurs, c’est la deuxième fois en une semaine que le gouvernement Trudeau met en échec la transparence financière et bafoue l’autorité parlementaire. « La loi C-377 a été dûment votée par le Parlement et en annonçant par simple communiqué qu’il renonce à appliquer la loi, le gouvernement méprise l’institution. Pour un gouvernement qui se gargarise de beaux principes, voilà que la transparence et le respect des parlementaires en prennent un coup solide », a ajouté le député de Louis-Saint-Laurent. Rappelons que la loi C-377 exigeait des syndicats qu’ils rendent des comptes complets et détaillés sur leurs opérations et engagements financiers tels que les salaires et comptes de dépenses des dirigeants.