25 août 2021 

Brantford, Ontario – Aujourd’hui, l’honorable Erin O’Toole, chef des conservateurs du Canada, a dévoilé le Plan d’action canadien pour la santé mentale. 

La pandémie de COVID-19 a aggravé la crise en santé mentale au Canada, plus particulièrement pour les jeunes. Après une année de confinement, un Canadien sur cinq a présenté des symptômes de dépression, d’anxiété ou de trouble de stress post-traumatique durant cette période.  

« Comme pays, nous devons reconnaître que la santé mentale fait partie de la santé, »  a conclu O’Toole. « Nous avons énormément de travail à faire pour éliminer les préjugés et établir des systèmes de soins de santé mentale mieux intégrés partout dans le pays. Seuls les conservateurs du Canada ont un plan visant à agir pour la santé mentale des Canadiens. » 

Pour aider les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale, un gouvernement conservateur va, dans le cadre du Plan d’action canadien pour la santé mentale:    

  • Augmenter massivement les transferts en santé aux provinces pour les faire passer à six pour cent par année, ce qui représente le double de l’engagement des libéraux et 60 milliards de dollars additionnels pour des soins de santé au cours de 10 prochaines années.    
  • Collaborer avec les provinces en vue d’investir dans les soins de santé mentale en tant que priorité sanitaire dans le but de fournir suffisamment de financement par le biais des transferts en santé. Un million de Canadiens supplémentaires recevraient ainsi des soins de santé mentale chaque année, réduisant du même coup les listes d’attentes pour recevoir des soins. 
  • Encourager les employeurs à ajouter une protection pour des soins de santé mentale aux régimes d’avantages sociaux de leurs employés ou à élargir leur protection. Pour ce faire, nous offrirons un crédit d’impôt de 25 pour cent sur les coûts d’une protection additionnelle pour des soins de santé au cours des trois premières années.    
  • Verser 150 millions de dollars en subventions sur trois ans aux organismes de bienfaisance et sans but lucratif qui offrent des programmes de santé mentale et de bien-être.    
  • Créer une ligne téléphonique nationale de prévention du suicide à trois chiffres.
  • Investir un milliard de dollars sur cinq ans dans le but d’encourager le financement de programmes autochtones de soins de santé mentale et de traitement de la toxicomanie, de même que la prestation de services adaptés sur le plan culturel. Il s’agira du plus grand investissement de l’histoire du Canada en vue d’offrir des services de soins de santé mentale aux peuples autochtones.       

« La santé mentale est aussi importante que la santé physique et c’est maintenant le temps d’agir, » a déclaré O’Toole.  « Je veux que les Canadiens aux prises avec des problèmes de santé mentale sachent que nous sommes là pour les aider et nous assurer que l’aide est en route. »