Ottawa – Les frappes aériennes canadiennes devraient se poursuivre dans le cadre des efforts déployés pour défaire le groupe État islamique aux côtés de nos alliés du Royaume-Uni, a dit l’opposition officielle aujourd’hui. Alors que le premier ministre Justin Trudeau rencontre le premier ministre du Royaume-Uni David Cameron à Londres, le porte-parole conservateur sur la défense James Bezan a pressé le gouvernement de rester aux côtés du Royaume-Uni et des autres pays qui vont poursuivre les opérations de combat contre le groupe État islamique. « Au moment où le premier ministre Trudeau visite l’un des amis les plus proches et des alliés les plus solides du Canada, le premier ministre britannique David Cameron demande au Parlement du Royaume-Uni d’élargir sa mission contre le groupe État islamique, a dit M. Bezan. Nos alliés font plus, et non pas moins, pour défaire le groupe État islamique. Pourtant, même si les CF-18 canadiens sont extrêmement efficaces pour affaiblir le groupe État islamique au sol, les Libéraux continuent à promettre de mettre un terme au rôle des chasseurs de l’ARC dans le cadre de l’opération IMPACT. « Le gouvernement n’a toujours pas donné une seule raison valable pour mettre un terme à la mission de combat aérien du Canada contre le groupe État islamique, ce qui est encore moins sensé aujourd’hui à la suite des récentes attaques perpétrées à Paris, à Beyrouth et en Égypte, a dit M. Bezan. Nous pressons le gouvernement de reconsidérer sa position sur le retrait des CF-18 canadiens et de montrer le soutien inébranlable du Canada à nos alliés dans la mission internationale visant à défaire le groupe État islamique. » M. Bezan a souligné que les Forces armées canadiennes et l’Aviation royale canadienne (ARC) frappent des cibles stratégiques et offrent une aide essentielle à nos alliés. Leur contribution aide la coalition internationale. Les chasseurs CF-18 bombardent des positions de combat, des caches d’armes, des installations de formation, des usines d’IED, des infrastructures critiques et des centres de commandement. Ils offrent également un soutien aérien aux forces de sécurité irakiennes et aux forces peshmergas kurdes qui se battent contre le groupe État islamique au sol. Les pilotes et les équipages de l’ARC font aussi des missions de reconnaissance, recueillant des renseignements vitaux sur les déplacements de l’EI. « Les Canadiens peuvent être fiers de nos efforts militaires dans le cadre de l’opération IMPACT, a dit M. Bezan. Pourtant, le groupe État islamique pose toujours une menace claire et active pour la population du Moyen-Orient, en particulier en ciblant les minorités ethniques et religieuses vulnérables. Il a montré qu’il peut perpétrer des attaques dans le monde entier et répète à ses membres de cibler les Canadiens, au pays et à l’étranger. Au moment où nos alliés renforcent leur résolution à défaire ce groupe terroriste, nous devons rester aux côtés de nos partenaires. Le Canada doit rester un membre actif de la campagne de frappes aériennes de la coalition internationale. »