Le plan de Trudeau vous protégera moins et augmentera les prix

Aujourd’hui, Justin Trudeau a laissé la porte grande ouverte à l’interdiction des assurances-médicaments offertes aux employés s’il est réélu le 21 octobre.

Quand les journalistes lui ont demandé si son régime d’assurance-médicaments remplacerait les régimes actuels des employeurs par une régime imposé par le gouvernement, Trudeau a refusé de répondre.

En fait, le rapport sur lequel Trudeau s’est fondé pour faire cette annonce recommande la fin des régimes d’assurance-médicaments des employeurs.

L’annonce d’aujourd’hui est une tentative désespérée par Justin Trudeau de détourner l’attention de ses scandales.

Les libéraux ont promis un régime national d’assurance-médicaments en 1997 et en 2004. Ils ont brisé leur promesse et Trudeau la brisera aussi. On ne peut pas faire confiance à Trudeau. Il n’est pas celui qu’il prétendait être.  

La preuve qu’il va briser cette promesse est qu’il n’offre qu’une fraction du financement requis pour un régime d’assurance-médicaments universel.   

Pour financer ses déficits massifs, Justin Trudeau devra réduire le financement de la santé ou augmenter les impôts des familles de la classe moyenne. Les compressions des libéraux sont exactement ce qui s’est passé dans les années 1990, des compressions que Trudeau a dit soutenir. Seuls Andrew Scheer et le Parti conservateur vont maintenir les dépenses en santé et les augmenter de 3 % par année. Sous un nouveau gouvernement conservateur, les Canadiens pourront compter sur un financement stable et prévisible de la santé et des programmes sociaux.