Le refus de Trudeau de participer au débat Munk montre qu’on ne peut pas lui faire confiance pour représenter le Canada sur la scène mondiale

Le débat des chefs Munk sur la politique étrangère a été annulé après que Justin Trudeau a refusé de s’y présenter et de débattre avec Andrew Scheer et les autres chefs de parti. 

Il n’est pas étonnant que Trudeau veuille faire oublier son bilan de décisions désastreuses en matière de politique étrangère, son comportement gênant et son refus de défendre les intérêts du Canada contre des puissances étrangères hostiles.

Quand Justin Trudeau a été élu en 2015, il a proclamé que le Canada était de retour. Au lieu de cela, il a miné le rôle du Canada sur la scène mondiale avec les actions suivantes: 

  • Retirer nos troupes de la lutte contre l’État islamique et refuser initialement de reconnaître le génocide commis par l’État islamique ; 
  • Détériorer les relations avec des alliés comme le Japon et l’Australie ;
  • Embarrasser les Canadiens en se présentant avec un terroriste reconnu lors d’une visite officielle en Inde ;
  • Refuser de désigner le Corps des gardiens de la révolution islamique comme une entité terroriste ;
  • Verser des millions de dollars des contribuables canadiens à la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures contrôlée par Beijing, alors que le gouvernement tient deux Canadiens en otage sous des accusations douteuses ;
  • Verser 110 millions de dollars à l’Office de secours et de travaux des Nations Unies, qui soutient le terrorisme et l’antisémitisme.

Cependant, le pire coup asséné à la réputation internationale du Canada a peut-être été donné la semaine dernière quand Justin Trudeau a fait les manchettes parce qu’il s’est peint le visage en noir à de nombreuses occasions. On ne peut pas faire confiance à Justin Trudeau pour représenter le Canada avec dignité et assurance sur la scène mondiale. Il n’est pas celui qu’il prétendait être.