POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
 
TORONTO (Ontario) – Aujourd’hui, Peter Kent, le ministre du Cabinet fantôme conservateur responsable de l’éthique, a pressé Justin Trudeau d’expulser le député libéral Joe Peschisolido du caucus jusqu’à ce que la GRC fasse la lumière sur ses présumés liens avec le crime organisé.  Kent a fait la déclaration suivante :
 
« Les reportages médiatiques de ce matin sont extrêmement troublants.  Il n’est pas approprié qu’un député soit lié à des criminels et Justin Trudeau et les libéraux ne peuvent plus fermer les yeux.  Ils devraient expulser Joe Peschisolido du caucus libéral jusqu’à ce que la GRC fasse la lumière sur cette affaire.
 
« Le leadership commence au sommet, et Justin Trudeau montre à son caucus et à son cabinet qu’on peut enfreindre les règles afin de servir ses intérêts politiques et personnels.
 
« Justin Trudeau a été le tout premier dirigeant du Canada à être reconnu coupable d’infraction aux règles sur les conflits d’intérêts. Depuis, trois autres libéraux de Trudeau ont été reconnus coupables de manquements à l’éthique.  Nous apprenons maintenant que la GRC enquête sur Peschisolido et l’ancien député libéral de Trudeau Raj Grewal.
 
« Justin Trudeau avait promis d’être différent.  Il avait promis des ‘’voies ensoleillées’’, mais il est clair qu’il n’est pas ce qu’il avait annoncé. »
 
DOCUMENT D’INFORMATION:
 
Enquêtes de la GRC sur les libéraux de Trudeau :  

  1. Invités de Raj Grewal en Inde – La GRC a entrepris une enquête sur les agissements de l’ancien député libéral de Trudeau Raj Grewal.  Selon le Cabinet du premier ministre, la GRC pose des questions sur l’invitation par Grewal d’un ancien partenaire d’affaires lors du voyage catastrophique de Trudeau en Inde.

 Manquements à l’éthique des libéraux de Trudeau :  

  1. Vacances illégales de Justin Trudeau sur une île privée – Avec Justin Trudeau, c’est la première fois de l’histoire du Canada qu’un premier ministre est reconnu coupable d’avoir enfreint les règles sur les conflits d’intérêts pour deux séjours de vacances tout inclus sur une île privée dans les Bahamas.
  2.  Chic villa française de Bill Morneau – Le ministre des Finances a été reconnu coupable d’avoir enfreint les règles sur les conflits d’intérêts après avoir omis de divulguer la société privée qui se trouve sans chic villa française.  Cette décision a été rendue après des mois de questions sur l’éthique relatives aux parts de Bill Morneau dans Morneau Shepell, qui aurait pu bénéficier des changements des libéraux de Trudeau aux pensions. 
  1. Escroquerie de la mactre – Dominic Leblanc a enfreint les règles sur les conflits d’intérêts quand il a accordé un lucratif permis de pêche à la mactre à une entreprise exploitée par le cousin de sa femme. Depuis, Leblanc est critiqué pour ses étroits liens personnels avec cinq des six personnes récemment nommées comme juges au Nouveau-Brunswick.
  2.  Appels automatisés municipaux – Cette semaine, le commissaire aux conflits d’intérêts a constaté que la députée libérale de Trudeau Anita Vandenbeld a enfreint le Code sur les conflits d’intérêts parce qu’elle a utilisé son poste public pour tenter d’aider son mari à se faire élire comme conseiller municipal à Ottawa. 

Finalement, il importe de noter qu’il y a toujours deux enquêtes en suspens sur des conflits d’intérêts impliquant les libéraux de Trudeau.  Les Canadiens attendent toujours le verdict des enquêtes sur la participation du bureau de Trudeau au scandale SNC-Lavalin et les agissements de Raj Grewal.
 

-30-


Pour obtenir plus d’information :

Bureau de Peter Kent, député
Peter.Kent@parl.gc.ca
613-992-0253