25 février 2019
POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

OTTAWA (Ontario) – L’hon. Michelle Rempel, la ministre du Cabinet fantôme responsable de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, a fait la déclaration suivante au sujet de la pétition parlementaire visant à soutenir les réfugiés yézidis :

« Je suis aujourd’hui aux côtés de la communauté yézidie du Canada pour réitérer nos demandes que ce gouvernement expédie le cas des membres des familles yézidies et élargisse la définition de membre de la famille pour aider les survivants du génocide à parrainer leurs proches. Ces recommandations sont conformes au rapport du Comité permanent de l’immigration et de la citoyenneté intitulé En route vers un nouveau départ : La réinstallation de femmes et d’enfants yézidis au Canada, soutenu par tous les partis à la Chambre des communes.

« Alors que les yézidis ne peuvent pas parrainer la majeure partie des membres de leur famille, l’Entente sur les tiers pays sûrs, qui s’applique aux gens qui traversent la frontière Canada-États-Unis, définit les membres de la famille comme étant les frères et les sœurs, les grands-pères et les grands-mères, les petits-enfants, les oncles et les tantes, etc. Ça veut dire que quelqu’un qui traverse la frontière illégalement peut faire venir tous les membres de sa famille élargie, qui peuvent entrer légalement au Canada à un point d’entrée officiel.

« D’un autre côté, la disposition sur le délai prescrit d’un an, qui permet aux réfugiés réinstallés de parrainer les membres de leur famille, définit ces derniers comme les conjoints et les enfants uniquement. C’est tout à fait injuste. Justin Trudeau fait payer les réfugiés yézidis pour ses erreurs.

« Nous savons que c’est difficile pour les yézidis au Canada parce que de nombreuses femmes ont perdu leur conjoint et aimeraient pouvoir parrainer d’autres proches de sexe masculin puisqu’elles ont perdu les membres de leur famille immédiate. Et nous savons que les yézidis, ainsi que d’autres communautés minoritaires en Irak, subissent un génocide et que nombre d’entre eux ont été relâchés seulement récemment par l’EI. De nombreux yézidis en Irak ont déjà de la famille au Canada, et la réunification des familles est un élément clé de l’intégration. »

Nafiya Naso, la porte-parole de la Canadian Yazidi Association, a dit : « Les yézidis sont parmi les gens les plus vulnérables du monde en tant que victimes de l’EI. Ils luttent pour s’intégrer alors qu’ils composent avec leur traumatisme. Le Canada doit réunir ces familles, et le Canada doit améliorer ses efforts visant à les sauver et à les réinstaller avec succès. Ce n’est pas seulement la bonne chose à faire, c’est un élément intégral et crucial du processus de réinstallation. »

Rempel a ajouté : « Les conservateurs pressent de nouveau Justin Trudeau de prendre des mesures immédiates pour répondre aux besoins des plus vulnérables du monde, et nous allons présenter cette pétition au Parlement quand nous aurons fini de recueillir des signatures. »

-30-

Pour obtenir plus d’information :

Bureau de Michelle Rempel
[email protected]
613-992-4275