Les Canadiens handicapés sont deux fois plus susceptibles de vivre dans la pauvreté que les personnes non handicapées, une situation qui a encore été aggravée par les effets de la pandémie de la COVID-19. 

Cette situation est due, en partie, aux obstacles que rencontrent les personnes handicapées pour entrer sur le marché du travail et aux nombreuses dépenses médicales et non médicales qu’elles assument en raison de leur handicap. 

Les Canadiens vivant avec un handicap peuvent avoir accès à une variété de prestations différentes par l’intermédiaire du gouvernement fédéral, selon l’étape de leur vie où ils sont rendus. 

  • Les personnes âgées de 65 ans et plus peuvent bénéficier d’une prestation d’invalidité mensuelle par le biais du Régime de pensions du Canada ; 
  • L’ancien gouvernement conservateur a instauré le régime enregistré d’épargne-invalidité (REEI), qui aide les Canadiens handicapés et leurs familles à épargner pour l’avenir. Le gouvernement offre des subventions complémentaires aux cotisations jusqu’à concurrence de 3 500 $ par année par le biais de la Subvention canadienne pour l’épargne-invalidité. 
  • La Prestation pour enfants handicapés (PEH) est un paiement mensuel non imposable versé aux familles qui s’occupe d’un enfant de moins de 18 ans présentant une déficience grave et prolongée des fonctions physiques ou mentales. 
  • Le Crédit d’impôt pour personnes handicapées (CIPH) est un crédit d’impôt non remboursable qui aide les personnes handicapées, ou les personnes qui les soutiennent, à réduire le montant de l’impôt sur le revenu qu’elles peuvent avoir à payer. 
  • Si un Canadien est admissible au CIPH, il peut également recevoir un supplément d’invalidité par le biais de l’Allocation canadienne pour les travailleurs. 

Le dernier jour de la session parlementaire de cet été, le gouvernement libéral a annoncé une nouvelle loi visant à créer un cadre pour commencer les consultations avec les Canadiens sur une nouvelle prestation canadienne pour personnes handicapées. Les libéraux ont attendu le dernier jour possible pour commencer à améliorer la vie des Canadiens handicapés, les conservateurs du Canada ont un plan clair et ambitieux pour soutenir la communauté des personnes handicapées. 

Doubler le soutien aux personnes handicapées dans l’Allocation canadienne pour les travailleurs. 

Un Canadien sur cinq souffre d’un handicap. Ils ont besoin de soutien – pour s’épanouir et participer pleinement à la société, y compris au marché du travail. Cependant, un nombre disproportionné de Canadiens handicapés travaillent à temps partiel ou à faible salaire. 

Les conservateurs du Canada doubleront le supplément pour les personnes handicapées de la Prestation canadienne pour les travailleurs, qui passera de 713 $ à 1 500 $, ce qui donnera un énorme coup de main aux Canadiens handicapés à faible revenu, en plus de l’augmentation de la Prestation canadienne pour les travailleurs. 

Ce sont les familles dont l’un des membres est handicapé qui recevront le plus d’aide. Ce soutien supplémentaire les aidera à atteindre la sécurité et l’indépendance financière qu’elles méritent.   

Exemples 

Sarah est une Canadienne handicapée qui gagne 14 000 $ par an dans un magasin de détail. Elle recevra 2 800 $ par an de la Prestation canadienne pour les travailleurs de base, contre 1 441 $ dans le cadre du programme précédent, ainsi qu’un supplément d’invalidité de 1 500 $, au lieu de 713 $. Au total, elle recevra 4 300 $ en vertu du plan conservateur, soit plus du double de ce qu’elle recevait en vertu du programme précédent. 

David et Sue ont un revenu familial de 23 000 $ et David a un handicap. Ils recevront 5 000 $ de l’Allocation canadienne pour les travailleurs de base, soit bien plus que les 1 900 $ qu’ils recevaient dans le cadre du programme précédent. En plus de cela, la famille recevra le supplément d’invalidité de 1 500 $. Cela représente une augmentation de 6 500 $ pour cette famille.  

Trish et Mike ont un revenu familial de 35 000 $ et Trish a un handicap. Ils recevront 3 700 $ de l’Allocation canadienne pour les travailleurs de base, soit beaucoup plus que les 458 $ qu’ils recevaient dans le cadre du programme précédent. En plus de cela, la famille recevra le supplément d’invalidité de 1 500 $. Cela représente une augmentation de 5 200 $ pour cette famille. 

Rendre le travail payant 

Les conservateurs du Canada veilleront à ce que le fait d’aller au travail ne coûte jamais d’argent à une personne handicapée, comme c’est trop souvent le cas actuellement. Le réseau complexe de programmes en place actuellement signifie qu’une personne peut perdre plus d’un dollar (en coupure de prestations et en augmentation d’impôts) pour chaque dollar qu’elle gagne en travaillant. Cela signifie que pour de nombreux Canadiens vivant avec un handicap perdent plus d’argent qu’ils n’en gagnent sur chaque chèque de paie.   

C’est tout simplement affreux.  

Le Plan de rétablissement du Canada remaniera l’ensemble complexe de mesures de soutien et de prestations pour personnes handicapées afin de faire en sorte que le fait de travailler se solde toujours par une meilleure situation financière pour les travailleurs. Un gouvernement conservateur travaillera avec les provinces afin d’atteindre cet objectif. Cela renforcera l’effet de notre augmentation de l’Allocation canadienne pour les travailleurs, qui aidera à rendre le travail payant pour les Canadiens handicapés en augmentant les avantages du travail. 

Renforcer le Fonds pour l’accessibilité 

Le Plan de rétablissement du Canada fournira 80 millions de dollars supplémentaires par an par le biais du Fonds pour l’accessibilité grâce à : 

  • Des incitatifs supplémentaires pour les petites entreprises et les projets communautaires visant à améliorer l’accessibilité. 
  • Des subventions et un soutien supplémentaire pour tous les types d’équipements d’accessibilité dont les Canadiens handicapés ont besoin pour travailler. 
  • Des améliorations aux programmes existants qui permettront à un plus grand nombre de Canadiens handicapés d’intégrer le marché du travail. 

Faciliter l’accès aux mesures de soutien pour les personnes vivant avec un handicap 

Afin de permettre à un plus grand nombre de Canadiens handicapés d’avoir accès à un soutien financier, les conservateurs du Canada réduiront de 14 à 10 le nombre d’heures par semaine requises pour être admissibles au Crédit d’impôt pour personnes handicapées (CIPH) et au Régime enregistré d’épargne-invalidité.  

En 2017, Justin Trudeau a supprimé le soutien dont dépendaient des milliers de Canadiens lorsqu’il a modifié la façon dont les Canadiens sont admissibles au Crédit d’impôt pour personnes handicapées et au Régime enregistré d’épargne-invalidité. Pour certains, ce crédit représentait des milliers de dollars. Les conservateurs se sont joints aux défenseurs du diabète pour lutter avec succès contre cette tentative de ponction fiscale.  

Ces changements permettront à une personne handicapée rendue admissible au Crédit d’impôt ou à sa famille d’économiser en moyenne 2 100 dollars par an. 

En facilitant l’admissibilité au Crédit d’impôt, on facilitera également l’admissibilité au REEI, qui offre jusqu’à 3 500 $ par année en subventions complémentaires aux Canadiens handicapés.