**Veut rencontrer Trudeau afin de discuter de la situation économique qui se détériore rapidement** TORONTO – Le gouvernement Trudeau doit présenter un plan clair pour répondre aux enjeux que sont les bas prix de l’énergie, le déclin des marchés et la diminution du pouvoir d’achat des Canadiens, a dit aujourd’hui la chef de l’opposition officielle Rona Ambrose alors qu’elle lançait une tournée d’une semaine visant à mettre en lumière les priorités des Conservateurs avant la rentrée parlementaire. Mme Ambrose a demandé à rencontrer le premier ministre le plus tôt possible afin de discuter de la situation économique qui se détériore rapidement. À une rencontre avec le premier ministre, Mme Ambrose a dit qu’elle insisterait sur trois engagements économiques clés. « D’abord, le premier ministre doit s’engager envers une limite sensée du montant de dette additionnel qu’il va imposer aux Canadiens, et non pas se contenter de faire de vagues engagements sur le ratio dette-PIB, a-t-elle dit. Deuxièmement, le gouvernement doit d’engager à signer et à ratifier le Partenariat transpacifique. Et troisièmement, pour aider les familles canadiennes à supporter l’augmentation du coût de la vie liée à la faiblesse du dollar canadien, le gouvernement doit annuler sa décision d’annuler le fractionnement du revenu pour les familles. » Mme Ambrose a dit que comme il semble que le budget ne sera pas déposé avant quelques mois, une rencontre avec le premier ministre permettrait de se concentrer sur des mesures immédiates pour relever les enjeux économiques pressants. « Le gouvernement est en place depuis suffisamment longtemps pour avoir un plan clair sur la situation économique qui prévaut, mais les Libéraux de Trudeau n’ont aucun sens de l’urgence. Avec les marchés en difficulté, le prix du pétrole toujours bas et la baisse du dollar, il est temps que le gouvernement fasse preuve de leadership. » Mme Ambrose a dit que l’approche économique des Libéraux mine les bases fondamentalement solides mises en place par le gouvernement précédent. « Il n’a pas fallu beaucoup de temps aux Libéraux pour transformer un surplus en déficit, a dit Mme Ambrose. Parallèlement, ils abandonnent le secteur énergétique, et sont plutôt ambigus au sujet de l’ouverture de nouveaux marchés d’exportation par l’intermédiaire du Partenariat transpacifique. Sur tous ces fronts, les familles et les entreprises canadiennes veulent un plan, mais elles ne l’obtiennent pas. Le Parti conservateur va être la voix des contribuables et de la croissance économique. » Mme Ambrose va prononcer une allocution aujourd’hui au Canadian Club de Toronto, et va animer une table ronde prébudgétaire. Une copie de la lettre de Mme Ambrose au premier ministre est jointe.