À PROPOS

NOTRE HISTOIRE

Les débuts

Le 16 octobre 2003, les chefs de l’Alliance réformiste-conservatrice canadienne et du Parti progressiste-conservateur du Canada ont annoncé une entente de principe pour s’unir sous une nouvelle bannière politique. En décembre 2003, la fusion a été ratifiée par une majorité écrasante de membres des deux partis et le Parti conservateur du Canada a officiellement vu le jour. Cette unification des partis conservateurs du Canada a permis de rétablir et de rajeunir le mouvement politique national qui contribue à bâtir un Canada plus fort, plus sûr et meilleur depuis près de 150 ans.

Le retour au pouvoir

Le nouveau Parti conservateur du Canada a élu Stephen Harper comme premier chef le 20 mars 2004. Peu de temps après que le gouvernement libéral de Paul Martin eut été défait sur une motion de défiance, les Canadiens et Canadiennes ont voté pour un changement lors d’une élection générale le 23 janvier 2006. Deux semaines plus tard, le premier ministre Stephen Harper et son Cabinet ont été assermentés pour diriger le nouveau gouvernement du Canada. Lorsque la récession économique mondiale a frappé, le gouvernement Harper a pris des mesures prudentes en temps opportun pour veiller à ce que le Canada demeure sur la voie de la stabilité à long terme. Les Canadiens et Canadiennes ont fait confiance à un gouvernement conservateur pour continuer d’orienter le Canada sur la voie de la réussite économique en prévision de la prochaine élection générale en octobre 2008.

Un mandat majoritaire

Lorsque la Coalition Parti libéral-NPD-Bloc québécois a rejeté notre budget de 2011 et forcé la tenue d’une élection inutile, les Canadiens et Canadiennes ont réagi en élisant un gouvernement conservateur majoritaire national fort et stable.
Ce gouvernement conservateur majoritaire a remplacé l’ancienne culture libérale du « tout m’est dû » par une nouvelle culture de réalisation. Sous le leadership du premier ministre Harper, les conservateurs ont mené le Canada vers la reprise économique après la récession mondiale. Grâce en partie au Plan d’action économique du Canada, le Canada a créé, net, 1,2 million d’emplois et a été en tête des pays du G7 en matière de croissance économique.
Le gouvernement conservateur a aussi rendu la vie plus abordable pour les travailleurs et travailleuses du Canada et leur famille. En équilibrant les importantes réductions d’impôt par une réduction disciplinée de la dette et des dépenses ciblées et prudentes, le gouvernement conservateur a réduit les impôts plus de 180 fois et a ramené la TPS à 5 %. Nous avons aidé des millions de travailleuses et de travailleurs canadiens à économiser de l’argent grâce au compte d’épargne libre d’impôt, l’instrument d’épargne personnel le plus important depuis la création des REER.
En reconstruisant les Forces canadiennes et en adoptant une nouvelle politique étrangère fondée sur des valeurs, le gouvernement conservateur a protégé la souveraineté du Canada et fait progresser nos intérêts nationaux sur la scène mondiale. Guidé par nos valeurs fondamentales – la liberté, la démocratie, les droits de la personne et la primauté du droit, le Canada a affirmé sa souveraineté dans l’Arctique, a cherché à conclure de nouveaux accords de libre-échange internationaux et a renforcé ses contributions à la sécurité mondiale.

Renouvellement et croissance

Le 19 octobre 2015, les Canadiens et Canadiennes ont réélu une nouvelle équipe de 99 député(e)s conservateurs et conservatrices au Parlement. Lors d’une élection serrée, les conservateurs ont obtenu des résultats difficiles partout au pays tout en faisant des gains au Québec.

Nous pouvons être fiers de l’héritage de saine gouvernance de notre parti. Le premier ministre Stephen Harper a laissé au Canada un budget équilibré et une économie forte soutenue par de faibles impôts.

Au cours de la période de transition suivant l’élection de 2015, la nouvelle opposition officielle conservatrice a choisi l’honorable Rona Ambrose comme chef intérimaire. Avec Rona comme chef intérimaire et une solide équipe de député(e)s et de bénévoles conservateurs, le Parti conservateur a su tenir tête aux libéraux de Justin Trudeau en tant que parti de l’opposition.

Le 27 mai 2017, Andrew Scheer a remporté la victoire et est devenu le deuxième chef permanent du Parti conservateur du Canada.

Sous la direction d’Andrew Scheer, les conservateurs du Canada ont lancé un nouveau chapitre visant à rendre la vie plus abordable pour les Canadiens. Après une élection chèrement disputée en 2019, les conservateurs du Canada sont revenus à Ottawa avec 121 députés conservateurs, le plus grand caucus de l’opposition de l’histoire du Canada.

Le nouveau chef

Après la plus importante élection à la chefferie du pays, avec près de 270 000 membres inscrits et 175 000 bulletins de vote, Erin O’Toole a été élu chef des conservateurs du Canada et de la loyale opposition de Sa Majesté.

Un autre chapitre s’ouvre

Le Parti conservateur d’aujourd’hui est une organisation nationale dynamique qui jouit d’un solide appui populaire d’un océan à l’autre. Le Parti conservateur, son caucus et ses membres maintiennent la fière tradition conservatrice canadienne.
Au fil des ans, les conservateurs au Canada ont mené des campagnes électorales sous différentes bannières, mais les principes fondamentaux du mouvement n’ont pas changé, à savoir que les conservateurs canadiens défendent la souveraineté et une défense nationale forte, le fédéralisme d’ouverture et l’unité nationale; la libre entreprise et les réalisations individuelles; et la possibilité pour tous les Canadiens et Canadiennes, peu importe leur origine, de réaliser leurs rêves dans un pays sûr, sain et prospère.

Bref, nous défendons un Canada fort, uni, indépendant et libre.